DECRYPTAGE – La réduction des horaires de la police municipale : conséquence directe de la dégradation du dialogue municipalité/agents

Mesure prise en début de mandat, l’extension des horaires de la Police Municipale avait fait l’objet d’une très importante communication de la part de la municipalité à travers le magazine municipal « Le Mag », les panneaux lumineux, la presse, etc.
*
La réduction de ces mêmes horaires à compter du 4 février serait passée en catimini si nos élus n’avaient pas évoqué cette décision en Conseil municipal.
*
Il faut dire que ce revirement entache l’image que souhaite se donner la municipalité, qui ne cesse de clamer que la sécurité est sa priorité.

Alors que l’Ouest Lyonnais en général et Tassin-la-Demi-Lune en particulier sont victimes de nombreux cambriolages chaque année, le fait que nos forces de police municipale, auparavant mobilisées jusqu’à 23h, ne le soient plus que jusqu’à 20h30, ne constitue évidemment pas la meilleure réponse à apporter aux yeux de nos concitoyens.

*
Pourquoi la municipalité réduit-elle les horaires de notre police ? Tout simplement parce qu’elle ne parvient plus à remplacer les agents partant en congés, ayant beaucoup de peine à recruter.
*
Année après année, le dialogue social entre l’exécutif et les agents municipaux se détériore, principalement parce que des décisions injustes ont été prises à l’encontre du personnel tout au long du mandat :

  • suppression de primes à des agents méritants ;
  • refus de signer des arrêtés de nomination aux agents réussissant des concours ;
  • trop faible concertation lors des modifications d’organisation du travail ;
  • nombreux recrutements en CDD (et par extension changements constants d’interlocuteurs pour nos partenaires associatifs ou institutionnels).

*
Alors que nous n’avions pas connu de grève au sein de notre collectivité depuis 24 ans, ce sont nos employées des crèches qui, fin 2018, ont souhaité tirer la sonnette d’alarme et souligner la non-écoute dont elles bénéficiaient auprès de leurs élus.
*
Signe supplémentaire qu’un malaise profond règne dans notre collectivité : seuls 40 agents sur 280 se sont rendus aux vœux au personnel du 17 janvier.*

Cette mauvaise réputation en tant qu’employeur fait que notre ville peine désormais à recruter !

C’est donc sous la contrainte que la municipalité a dû réduire les horaires de notre Police Municipale, contrainte dans laquelle elle s’est placée bien volontairement.

Cette situation est évidemment préjudiciable pour les Tassilunois et nous le regrettons.

Nos agents sont conscients que les élus doivent faire face à des contraintes de gestion qui pèsent forcément sur le fonctionnement de l’administration. Notre personnel municipal est prêt à faire des efforts, mais ces derniers doivent se faire dans le cadre d’un échange serein et apaisé.