Retour sur le Conseil municipal du 4 novembre 2020

Malgré le contexte sanitaire qui aurait pu conduire à la mise en place d’un conseil municipal en visioconférence – ce que nous appelons toujours de nos vœux afin que les élus et concitoyens puissent assister aux débats en toute sécurité – les élus de Tassin la Demi-Lune se sont réunis à l’Atrium ce mercredi 5 novembre. Cet article détaille les principales prises de position des élus du groupe d’opposition Mieux Vivre à Tassin la Demi-Lune.

Règlement Intérieur : un document qui musèle encore un peu plus l’opposition

Le règlement intérieur est un élément clef du Conseil puisqu’il régit son fonctionnement pour 6 ans. Les élus du groupe Mieux Vivre à Tassin la Demi-Lune ont voté contre le document présenté par la majorité car :

  • Il n’a fait l’objet d’aucun travail concerté au sein des commissions ;
  • Il prive encore un peu plus l’opposition de ses droits à s’exprimer en supprimant la taille minimale des tribunes de libre expression du groupe minoritaire, qu’il confie à la seule discrétion du Maire et en créant une “tribune de la majorité” 3 fois plus importante que celle de l’opposition, alors que le Mag est déjà consacré dans son entier à l’action de la municipalité ;
  • Il ne présente aucune amélioration de l’information des Conseillers municipaux en général et des citoyens (mise à disposition automatique de documents, droit de communication, etc.) ;
  • Il interdit à l’opposition de recevoir des permanences et d’utiliser son local de façon convenable, puisque nous ne pouvons pas nous réunir au-delà de 19h pour nos réunions de groupe.

Ouverture au recrutement des agents contractuels de catégorie B et C par voie de contrat : une porte ouverte pour les recrutements de complaisance

On observe depuis 2014 une forte augmentation du nombre de recrutements de contractuels au détriment des agents en titre dans notre collectivité. Conséquence directe : un turnover très important, une collectivité qui peine à recruter, mais surtout des acteurs de terrain, associations, commerçants, partenaires institutionnels, citoyens, qui n’ont jamais le même interlocuteur parfois une année sur l’autre voire un semestre sur l’autre !

Surtout, nous avons récemment pu constater qu’un ancien élu de la ville avait été recruté de façon discrétionnaire par le Maire, au mépris de la Charte de l’élu local qui a force de loi, avant même que cette délibération entre en vigueur et sans motif réellement fondé (pas d’accroissement d’activité ou d’absence de cadre d’emploi).
Nos élus n’ont donc pas souhaité participer à ce vote, réclamant plus d’éthique et de transparence.

Création de l’emploi non permanent de « contrat de projet »

Un manager de centre-ville est en poste depuis 2016. Personne ne nie le besoin pour notre commune d’un tel poste. Nous déplorons toutefois qu’un certain nombre des missions présentées dans la délibération ne soient toujours pas réalisées en 4 ans d’activité : création d’une newsletter et création d’un kit de bienvenue pour les commerçants.

Plus largement, nous avons interrogé le Maire sur son bilan en matière de préemption : le devenir de La Poste du Bourg qui devait soi-disant être rapidement remis sur le métier, la poissonnerie qui a fermé ses portes très rapidement pour partir à Charbonnières-les-Bains et dans laquelle la ville a beaucoup investi, l’épicerie du Bourg, sur laquelle la commune a beaucoup communiqué mais qui n’a pas avancé d’un iota, etc. Des interrogations restées sans réponse, avec toutefois un engagement de l’adjoint aux finances qu’un bilan chiffré serait prochainement opéré.

Mise en place du télétravail dans le cadre de la crise sanitaire

Le télétravail ne peut pas seulement être une réponse à la crise sanitaire. C’est aujourd’hui un enjeu de société. Nous comprenons que la ville ait pu être dépassée lors du 1er confinement, mais 7 mois de latence auraient permis d’investir dans une amélioration de nos équipements de travail à distance. Au final, c’est un service minimum que la municipalité veut mettre en œuvre, qui ne viserait que les seuls cas contacts, ou personnes à risques ou vulnérables.
La municipalité entretient l’idée que télétravailler ce n’est pas travailler. Or, le télétravail présente d’importants avantages, que toutes les études démontrent :

  • réduction considérable des émissions de CO2 en allégeant le poids de la circulation pendulaire, celle-là même qui étouffe Tassin ;
  • dans 70% des cas, il présente une meilleure productivité dans le travail ;
  • l’équilibre entre famille et travail est meilleur, donc il s’agit d’un gain en bien-être et une meilleure santé au travail.

Bien sûr, le télétravail ne concernera jamais tous les salariés (policiers municipaux, personnel des crèches, écoles, agents d’entretien, espaces verts, état civil, etc.) mais il peut s’adresser, à raison d’un à deux jours par semaine à près d’un emploi sur trois.


Plutôt que de montrer une ouverture, ce rapport dénote plutôt une certaine hostilité à ce mode de fonctionnement. Les nombreux conditionnels employés et l’annonce que le sujet “sera potentiellement actualisé en 2021” le démontrent tout comme la liste des critères et des justificatifs exigés. Nous avons proposé qu’un groupe de travail, mêlant conseillers de la majorité, de l’opposition et des agents membres du CHSCT, pour mener une réflexion de fond et concrète, a été refusée. Nous avons tout de même voté favorablement ce rapport.

Voeu pour la poursuite du projet de métro ligne E

Ce vœu s’inscrit en cohérence avec notre positionnement développé durant le précédent mandat ainsi que durant les élections municipales. Notre groupe encouragera en effet toutes les initiatives qui permettront un développement rapide d’un transport en commun lourd comme le métro jusqu’à Tassin la Demi-Lune voire s’étendant dès le départ jusqu’à Craponne via le site A. Charial.

C’est dans ce sens d’ailleurs que nous proposions aussi, dès 2013, de retenir toutes les options, de la création de la ligne E à l’extension depuis la ligne D, déjà rentable, tant que ce projet arrivait dans les mêmes délais soit à horizon 2030.

Nous avons proposé à la majorité d’ajouter dans ce vœu une demande à la Métropole, dans l’attente du métro d’ici 10 ans, d’augmenter la fréquence des lignes de bus voire de mettre à disposition rapidement des bus à haut niveau de service, plus confortables et fréquents, qui permettraient de répondre aux besoins des habitants, limiter la circulation pendulaire automobile et donc les nuisances.

Bien que cette modification n’ait pas été retenue, nous avons tout de même voté ce vœu.

Les élus du groupe Mieux Vivre à Tassin la Demi-Lune :
Julien Ranc, Laurence du Verger, Franck-Alain Joly, Marielle Margeri, Yves Méjat, Martine Essayan, Cédric Vernet, Anne Gerlinger